Digilover SEO & E-Marketing Web Développement Le Blog du Digital Contactez-moi

L’imprimante 3D va ouvrir la porte au piratage des objets.

Christophe Lefevre Chris Lefevre
3min de lecture


L’impression en 3D, cette minirévolution dont on parle encore peu et qui aura un jour un impact peu négligeable sur notre quotidien. Imaginez : vous voulez un nouveau service à thé? Une chaise? Un meuble, des jouets en plastique pour vos enfants? Tout comme vous téléchargez peut-être la musique sur les réseaux de BitTorrent aujourd’hui, vous pourriez télécharger des plans 3D qui vous fourniraient à votre imprimante. Bien sûr, il faudrait lui fournir également des matériaux : du PVC en poudre, de la sciure de bois, des alliages de métaux. Et une fois les pinces imprimées en 3D, il vous suffirait de les assembler.

Lorsque l’on y réfléchit, cela fait années que nous achetons nos meubles en kit et des jouets à monter nous même. Le travail le plus compliqué dans la construction d’un meuble est déjà fourni par nous même. Le reste est fait par des moules, mais pourrait être fait par ces futurs imprimants 3D.

Comme pour toutes nouvelles technologies, les premiers modèles sont assez chers ( + de 1500 euros) et peu performants, ensuite, ces imprimantes seront accessibles et capables de préassembler des composants de matériaux différents, vernir les produits, mélanger les couleurs... Ce sera long, mais ce sera réel, nous allons pouvoir fabriquer nous même de nombreux objets et les plus gros seront probablement réalisés par des imprimeurs 3D de votre quartier. Toute une économie reposera sur cette technologie, de la vente de matériaux, à la conception et design de plans. Un des côtés positifs, c’est que l’impression 3D va ramener en Europe la fabrication de pièce détachée que les Chinois font pour nous depuis des années. Côté négatif, les fabriquant de produits simples à monter vous souffrir également, je pense entre autres aux entreprises allemandes, suédoises et danoises qui ont bercé notre enfance avec les Legos et les Playmobil.



Après la musique et la presse, internet va s’attaquer à l’industrie et devrait certainement affaiblir les business d’Ikea et Lego, c’est inévitable. Néanmoins, la créativité ne se copie pas aussi facilement. Il faudra toujours des architectes et l’impression 3D, à qualité équivalente, restera probablement plus coûteuse que la fabrication industrielle des usines de Tupperware.
En fait, là où l’impression 3D risque d’apporter un véritable plus dans nos vies, c’est en nous donnant la possibilité, à chacun, de devenir un artisan, capable de produire des objets aussi jolis, ou pas, que ceux que l’on trouve sur Fab. Vivement le futur, n’est-ce pas?

Christophe Lefevre
A propos de l'auteur Chris Lefevre, consultant en solutions digitales. Je vous propose mes services pour améliorer votre visibilité sur les nouveaux médias.

Partagez cette page sur les médias sociaux !
Chris Lefevre

Hello ! Comment puis-je vous aider ?

Je vous propose mes services pour créer votre site internet ou améliorer votre visibilité sur les nouveaux médias.