Digilover SEO & E-Marketing Web Développement Le Blog du Digital Contactez-moi

Le retro-gaming, un truc de vieux geeks?

Christophe Lefevre Chris Lefevre
4min de lecture
Depuis quelques années, le geek est tendance. Ce n’est pas très étonnant, avec le succès du web, beaucoup de personnes sont entrées dans l’univers de l’informatique et forcément, beaucoup de celles-ci y ont accroché. Alors que l’univers du geek tourne autour des nouvelles technologies, il a besoin de code du passé pour définir sa culture. C’est souvent de vieux films de science-fiction Stars-Wars, Star-trek, Tron, ou, plus récemment, les jeux vidéos 8 bits qui servent de support à la culture Geek. Le 8 bits est quelque chose qui parle à beaucoup d’entre nous. Si vous êtes trentenaires, vous avez certainement la nostalgie du premier Super Mario, Final Fantasy ou de Street Fighter II (16 bits), des références qui ont posé des bases dans l’industrie des jeux vidéo. De là est né le retro-gaming!
Les jeux vidéos ont pris la place de la musique, ces dernières années, c’est un fait! Dans les années 80, il fallait absolument posséder le dernier disque de U2, aujourd’hui, ce serait le nouveau «Dead Redemption». Et à côté des jeux à la mode, boostés aux textures photos réalistes, se trouvent les jeux à l’ancienne, plus simple, peut être plus ludiques également, qui font le bonheur des possesseurs de consoles Wii et DS. Nintendo a bien profité de la vague 8 bits pour ressortir ses vieux titres à toutes les sauces et d’autres ont profité du succès de l’appstore de iPhone pour sortir des titres à succès des années 90.
Surfant sur cette vague, je ne compte plus le nombre d’illustrations ou de vidéos inspirées du premier Super Mario. Comme beaucoup de geeks trentenaires, j’aime ça, mais je me demande si en réalité, nous ne sommes pas en train de reproduire le schéma de «nos vieux». Est-ce moins «ringard» de jouer à Super Mario, aujourd’hui, que d’écouter les Beatles, il y a 20 ans? Trouviez-vous le premier Super Mario cool quand le 64 est sorti?
À 30, 40, 50 ans, on a connu plusieurs générations, mais nous restons forcément fort attachés à la nôtre, celle de notre adolescence, une époque unique dans la vie où les émotions sont démultipliées. Les souvenirs de cette époque sont ce qui nous permet de nous démarquer face à une génération qui a suivi la nôtre.
Ça crée obligatoirement un décalage qui va permettre au rétro de prendre une place dans nos vies... En fait, oui, le rétro-gaming, c’est avant tout un truc de vieux geeks, mais qui peut plaire à certains jeunes comme vous avez peut être apprécié Queen et Pink Floyd, ou des groupes qui provenaient d’une autre génération. De nos émotions à un marché lucratif. En fait, je trouve que l’industrie informatique exagère en s’appuyant sur le rétro gaming pour nous expédier des daubes vieilles de 20-30 ans tels que Pong ou Q-Bert, et le retour du Commodore 64 qui s’est vendu comme des petits pains, OK, il y a un PC caché dedans, mais tout de même, c’est moche. Il y a un vrai filon dans la commerce de produits geek old school et ça permet de vendre des produits largement dépassés et avec coût de production bien maitrisé. Le marché des nouvelles technologies a fini par se tourner vers le passer pour sortir du neuf comme le fait la mode et même la musique. Si ça marche, tant mieux pour eux, mais à la différence de la mode, l’industrie informatique évolue année après année. Je garde la nostalgie d’une poignée de jeux de la Neo-geo, des click2point tel que Monkey Island, des premiers Super Mario qui restent des chefs-d'oeuvre ludiques, mais non, je ne veux pas me refaire la collection Atari 2600, je n’attends pas impatiemment le retour de l’Amiga, je n’irai pas acheter un Commodore 64 et je ne veux pas payer pour une énième édition du premier Doom. Aujourd’hui, l’industrie du jeu vidéo utilise le rétro-gaming comme un outil de marketing et bien, je trouve ça affreux. L’informatique a bien évolué et tant mieux, nous sommes à l’ère de la réalité augmentée, des interfaces tactiles et nous pouvons interagir avec une console de jeu en sautillant sur place. Je ne veux pas qu’Atari ressorte de ses placards ses vieux titres, je veux qu’ils restent dans mes souvenirs tels qu’ils me semblaient en 1985, et ne surtout pas les comparer avec les jeux d’aujourd’hui. Le retrogaming, ça aurait pu être un truc de vieux geeks, mais non, ce n’est que du marketing, rien de plus.

Christophe Lefevre
A propos de l'auteur Chris Lefevre, consultant en solutions digitales. Je vous propose mes services pour améliorer votre visibilité sur les nouveaux médias.

Partagez cette page sur les médias sociaux !
Chris Lefevre

Hello ! Comment puis-je vous aider ?

Je vous propose mes services pour créer votre site internet ou améliorer votre visibilité sur les nouveaux médias.